Floriane Chomette

Floriane
CHOMETTE

venue de Paris en 2017
“J’ai pris le parti d’aller dans un endroit où il y avait tout à faire.”
  • CDI dans une agence d’objet publicitaire
  • Arrivée à 21 ans
1
Trouver un emploi
J’ai décroché un CDI assez vite
2
D’autres perspectives
…des portes vers d’autres branches comme la formation, le freelance.
3
Du challenge
du potentiel et des défis à relever !
Etapes d'arrivee
Hier

L’année 2017 a été riche en bouleversements et en émotion. J’ai terminé beaucoup de choses, à commencer par ma licence de Chef de Projet Multimédia à l’IESA multimedia. 3 ans de dur labeur pour décrocher le précieux diplôme en Octobre (Mention Très Bien, s’il vous plaît).

A côté de ça, une alternance éprouvante, enrichissante, qui m’a rendue autonome, fière de mon travail, indépendante et polyvalente. L’équivalent de 4 métiers exercés en une seule et même personne. Mon contrat s’est terminé en Juillet afin de pouvoir me concentrer sur mes examens de Septembre et d’Octobre. Un projet personnel est venu se greffer dans ma vie professionnelle : celui de partir de Paris. Oui, mais pour aller où ?

J’ai décidé de rejoindre mon compagnon qui vivait et et travaillait en Aveyron. De là, se posait la question existentielle et terriblement angoissante : vais-je trouver du travail là-bas ? Prévoyante, j’ai commencé mes recherches vers Février.
Recherche d’un poste de Graphiste, Webdesigner et Intégratrice Web
Mission impossible, me diriez-vous ? Et pourtant.

Aujourd’hui en Aveyron
J’ai décroché un CDI dans une agence spécialisée dans l’objet publicitaire et le cadeau d’affaire grâce à l’aide de Nicolas Defruit, recruteur indépendant sur Rodez, et d’Aveyron Expansion (NDLR : aujourd’hui l’Aveyron Recrute), qui s’occupe notamment des demandes d’emplois des personnes qui viennent s’installer dans cette région.

Tout ça pour dire quoi ? Je vais avoir 22 ans début janvier, j’ai décidé de quitter un poste alléchant, une ville qui pouvait m’apporter plusieurs opportunités, et un travail intéressant. J’ai pris le parti d’aller dans un endroit où il y avait tout à faire, et qui m’ouvrira des portes vers d’autres branches comme la formation, le freelance.

J’ai foncé, et je ne le regrette pas. “Trop jeune” me diriez-vous ? Je n’en crois pas un mot.